Category: Voyager autrement

Ma trousse de toilette écolo de voyage

Quitte à être ‘vert’, autant l’être aussi en voyage, même si c’est plus compliqué.  Et pour faciliter les choses, mieux vaut partir avec ses propres produits car on ne sait jamais ce que l’on va trouver sur place…. D’autant plus que, si certains produits sont basiques, d’autres sont moins évidents à trouver/traduire dans une langue étrangère … :p      Que trouve-t-on donc dans ma trousse de toilette écolo de voyage?

  1. Le maquillage:

0. En vacances, je ne me maquille pas. Cela me permet de gagner en poids et de ne pas me prendre la tête avec les valises cabines.

Par contre, j’emmène quelques disques démaquillants lavables pour me nettoyer le visage. Après une journée dans le désert, ça peut servir!

(cf notre dernier voyage dans le désert de l’Utah!)

      2. Les produits lavants:

1 savon: j’utilise un pain de savon bio et une boîte pour ne pas qu’il fonde. Et comme ça, il passe en cabine.

J’en ai également fabriqué 1 en forme de fleur mais comme il n’est pas bien grand, il en faut 1 par personne 🙂

1 shampoing solide: En temps normal, je fais ma propre mixture liquide de shampoing (à chaque fois) dans la dynamique du No poo (No Shampoo). Mais en voyage, je ne vais pas me trimbaler avec mes poudres, mes huiles végétales, mes huiles essentielles et j’en passe. Déjà que je ne les emmène pas jusque chez le coiffeur…  Parfois, j’utilise aussi des œufs et des laits végétaux, mais je ne vais pas non plus mettre ça dans ma valise. J’imagine déjà le carnage…

J’ai donc opté pour le shampoing solide. Pour commencer doucement, j’ai acheté une fleur bio toute faite, mais elle n’a pas bien convenu à mes cheveux.  J’ai donc décidé de fabriquer mon propre shampoing à partir des poudres que j’utilise habituellement pour coller au plus près à ma routine maison.

C’est pratique, économique (par rapport au prix des shampoings solides du commerce) et ça passe en cabine 🙂

Et comme je suis sympa, je vous passe la recette:

A gauche, le savon maison, à droite, le shampoing

Ma recette de shampoing solide: 

Ingrédients: 

  • 50g de Tensioactif SCI
  • 10g de poudre de Shikakai
  • 10 g d’eau
  • 15 gouttes d’huile essentielle de menthe.
  • 20g d’huile végétale de Chaulmoogra.
  1. Mélanger l’eau et le tensioactif dans un bol au bain marie.
  2. Ajouter l’huile végétale, puis le shikakai.
  3. Hors du feu, ajouter l’huile essentielle.
  4. Réfrigérer 24h avant utilisation.
  5. Tester dans le pli du coude 1 jour avant pour vérifier que vous n’avez pas de réaction allergique à l’un des composants.

J’ai choisi l’huile essentielle et l’huile végétale en fonction de mon type de cheveux, mais ce sont des variables que vous pouvez ajuster afin que le shampoing vous convienne au mieux.

Il sent bon, il mousse (contrairement à la fleur achetée auparavant) et fonctionne bien.

J’ai acheté tous ces ingrédients chez Aromazone car ils ont une boutique près de chez moi ce qui me permet de ne pas avoir à commander. Le site propose également de nombreuses recettes pour les utiliser ainsi que leurs différentes propriétés, ce que j’ai trouvé très utile en débutant.

          3. Les Bonus:

1 déodorant solide (pierre d’alun)

1 baume à lèvres : que ce soit pour le désert ou pour la neige, il a toujours une utilité.

Une Brosse à dent

Peigne, brosse à cheveux et chouchous

Si je ne prends pas la trousse en cabine: dentifrice, pince à épiler, coupe-ongles.

Toutes ces astuces me permettent de réduire le contenu de ma trousse de toilette en voyage et donc de réduire la taille de mon sac de voyage. Ainsi nous sommes partis une semaine en Sicile avec un sac Eastpack ou encore deux semaines en Italie (avec une machine à laver)…. Pratique car beaucoup de compagnies aériennes low cost font payer le bagage en soute (et maintenant même le bagage cabine s’il faut le ranger dans un coffre à bagages). Gain de place donc, gain de poids et économie.

N’hésitez pas à partager aussi le contenu de votre trousse de toilette écolo en voyage 🙂 On comparera, et peut-être qu’on découvrira de nouvelles choses!

Wwoofing en France

J’ai découvert le wwoofing par le biais d’une amie qui avait déjà tenté l’expérience en GB. Après y avoir mûrement réfléchi, j’ai décidé de tenter à mon tour l’aventure, en France d’abord et pour une courte durée (9 jours).

I have discovered Wwoofing through a friend who had already tried it in GB. After thinking it through, i decided to try it too, in France first, and for a short period (9 days.)

Continue reading

Wwoofer en France

IMG_1083

J’ai découvert le wwoofing par le biais d’une amie qui avait déjà tenté l’expérience en GB. Après y avoir mûrement réfléchi, j’ai décidé de tenter à mon tour l’aventure, en France d’abord et pour une courte durée (9 jours Continue reading

Merveilles à sauver: l’avis des blogueurs

Bonjour les voyageurs (et suite de la migration :p)!

J’ai lu récemment un article sur les endroits du monde à protéger et j’ai décidé de vous demander votre avis à ce sujet: si vous aviez un endroit à protéger dans le monde, ce serait lequel?

Ces merveilles

Après un petit sondage, voici les réponses des blogueurs: Continue reading

Oslo étudiante

J’ai été invitée à Oslo pour une conférence sur le développement durable en présence d’étudiants d’universités des capitales européennes. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’université elle-même était bien dans le thème. Quand nous avons vu cela et que nous avons repensé aux préfabriqués ayant remplacé les arbres dans notre université à nous, ça nous a fait comme un pincement au coeur.

IMG_0980 Continue reading

Le covoiturage: premières expériences

A la recherche du mini van bleu

Pour le nouvel an, nous avions décidé de partir pour quelques jours et pour cela pas question de prendre le train qui était beaucoup trop cher. Nous avons donc opté pour le covoiturage moins cher et plus écologique qu’une voiture pour 2. J’ai effectué la réservation avec une certaine Aline qui ne parlait pas très bien le français (mais je me suis dit qu’elle devait être allemande puisque c’était mon pays de destination) et nous nous sommes donnés rendez-vous à la Porte de la Chapelle (Paris). Déjà autant vous dire que quand vous arrivez porte de la Chapelle, ce n’est déjà pas un point de rendez-vous très rassurant: ça crie, ça klaxonne, c’est sale; bref un brouhaha impressionnant et un manque d’organisation certain. Jusque là je m’étais demandé pourquoi Aline m’avait envoyé la marque de sa voiture -un mini-van bleu- ET la plaque d’immatriculation. Pour moi, naïvement, un mini-van bleu ça se repère vite. Oui mais à Porte de la Chapelle, il semble qu’une micro-société ait élu le minivan bleu comme véhicule de transport unique et en arrivant la plaque d’immatriculation s’est révélée bien utile étant donné qu’il y avait 10 mini-vans bleus au moins garés au même endroit, de même marque et de même modèle.

Quand Aline devient Ali

Après ce prodige de la multiplication des mini-vans bleus, un autre prodiges s’est produit: Aline est devenue un homme turc allemand qui ne s’appelait pas du tout Aline d’ailleurs (note: apparemment Aline est vu comme un prénom français rassurant chez les Allemands, et comme le monsieur s’appelait en fait Ali …) et qui dirigeait toute la cohorte de mini-vans bleus. Tous les conducteurs étaient de nationalités variées et vu l’organisation du truc, tout ça nous paraissait fait sous le manteau et non déclaré.  Lorsque tous les vans ont été remplis au petit bonheur, nous sommes partis et au bout d’un moment avons fait une pause dans une station service, environ à mi-parcours. La pause a duré au moins 30 minutes car les conducteurs de mini vans se sont rendus compte que nous n’allions pas tous au même endroit et que les réservations avaient été faites sans tenir compte des destinations de chacun. Il a donc fallu changer plusieurs fois de mini-vans afin que les personnes allant au même endroit soit dans le même van. Malgré cela, il manquait une place; les gens râlaient du retard pris et en avaient marre de changer de bus tout cela dans les rafales et sous la pluie: bref, c’était le psychodrame.

Les avantages du minivan

Au niveau du confort, j’avoue avoir apprécié le changement de mini-van car le premier était confortable mais froid comme la glace et pas très propre alors que le deuxième était beaucoup plus moderne. Les sièges étaient larges et il y avait de la place pour les jambes et dans le coffre.

Nous sommes finalement arrivés dans les temps mais je ne pense pas que les panneaux de limitation de vitesse aient voulu dire quoi que ce soit pour notre chauffeur: à mon avis, il a pensé qu’il s’agissait juste d’une décoration ‘à la française’ pour les bords de routes…

Autant vous dire qu’au retour, nous avons choisi un chauffeur français avec une voiture normale. Soulagement quand on s’est aperçus que le type ET la voiture correspondaient cette fois à la photo!  Seul point commun, l’ignorance des panneaux. j’en conclue que cela doit être une constante dans le covoiturage!

N’hésitez pas à partager vos expériences de covoiturage avec moi! à bientôt!

© 2017 Travelingaddress

Theme by Anders NorenUp ↑


Notice: Undefined index: enable_locker in /home/travelinll/travelingaddress.fr/wp-content/plugins/facebook-like-page-locker-lite/inc/frontend/front-locker.php on line 21
%d blogueurs aiment cette page :