[Irlande] Sandycove, la mer aux portes de Dublin

Après une grosse déception à l’exposition du Book of Kells (au cœur de l’Université Trinity College), j’ai de nouveau envie d’évasion. Toute cette foule à l’exposition m’a épuisée et j’ai dépensé mon quota pour la journée. Je cherche donc un endroit pas cher où me rendre, avec un minimum de gens. Je finis par me rendre à l’Office du Tourisme où un monsieur me conseille Sandycove, l’endroit où il vit. Il est d’accord avec moi: lui aussi est bien content de quitter Dublin le soir pour le calme de Sandycove!

Me voilà donc partie de nouveau en métro, cette fois dans le sens opposé d’Howth pour découvrir la mer au Sud de Dublin….

Dès l’arrivée, je croise un kiosque :p C’est de bon augure !

Balade  à Sandycove

La jetée de Dun Laoghaire

Le monsieur de l’OT m’a conseillé de descendre à Dun Laoghaire et de remonter la côte jusqu’à Sandycove puis de prendre le métro pour rentrer directement de là-bas. Je suis ses conseils; après tout, il est du coin!

Quelques minutes plus tard, dans le train, j’aperçois déjà la mer. Je frétille d’impatience à l’idée de sentir son odeur si particulière et de me laisser bercer par le calme du ressac. A Dun Laoghaire, je suis accueillie par une sorte de fête foraine fantôme encore figée dans son sommeil d’hiver. Pourtant, nous sommes déjà en avril 🙂

Je décide de me promener le long de la jetée jusqu’au phare.  Il ne fait pas très beau et du coup, c’est très tranquille.

Un peu plus loin, un joli parc (avec des toilettes) se prête bien à une pause.

Puis je reprends ma balade en suivant le bord de mer. Ici, pas besoin de carte!

Échappée à Bullock Harbour

Plus on s’éloigne du port de plaisance, plus la côte est magnifique. Je dégote même une petite plage de sable, ce que je n’avais pas encore trouvé en Irlande.  En remontant après la plage, on arrive à la tour Martello. En continuant plus loin, on aboutit au port de Bullock. C’est là qu’il faut faire demi-tour en s’écartant du bord de mer pour rejoindre la gare.

Mais arrivée à Bullock Harbour, je suis happée par le calme de l’endroit. Petit port de pêche, il est complètement vide l’après-midi. Les bateaux sont sagement amarrés, attendant le lendemain pour reprendre le large. C’est dans ce petit port que je passerai le plus de temps.

Apparemment, c’est l’heure du goûter!

La mer s’est retirée à certains endroits, ne reste que la vase. Les oiseaux par contre sont bien là, se délectant des têtes de poissons rejetées à l’eau après la pêche du matin. Je croise même un cousin de George le phoque! A cette distance, il tient à la fois du phoque et de l’éléphant de mer. Mais en anglais, pas de problème, c’est “seal”! Je suis fascinée, mais il ne s’approchera pas plus. A mon avis, lui aussi récupère les morceaux de poissons qui ont dérivé depuis le port. Alors, phoque ou éléphant de mer?

Après George, voici Roger!

Le soleil s’est enfin levé et je reste un bon moment à contempler ce ballet….

 James Joyce à Sandycove

James Joyce Tower and Museum

La Tour Martello se trouve le long de la balade me conduisant jusqu’à la gare de Sandycove.  Cette tour de défense a été construite par les britanniques pour protéger la côte irlandaise contre Napoléon (d’ailleurs, ils en ont construit un peu partout, c’est qu’il aimait s’étendre le Napo!).  Plus tard, elle sera rachetée par un ami de James Joyce, Oliver St John Gogarty. Il lui prêtera la tour pour qu’il puisse travailler au calme sur son nouveau roman, Ulysse.

C’est le site du Musée James Joyce, mais Joyce n’y aura séjourné finalement que quelques jours avec deux amis. La raison? La nuit du 6 ème jour, un de ses amis rêve qu’il se fait attaquer par une panthère et sort son revolver pour l’abattre (c’est vrai qu’à l’époque, les panthères sont fort courantes en Irlande …). Quelques coups de feu partent. Joyce, réveillé en sursaut dans cet espace clos jure de ne plus jamais y remettre les pieds! Pour la tranquillité, on repassera….

Pourtant, ça avait l’air paisible comme coin ….

Fourty foot

A quelques mètres du Musée James Joyce, un panneau Fourty foot attire mon attention.  Big foot, je connais, mais fourty foot?

Il s’agit en fait du coin traditionnel pour se baigner à Sandycove par excellence. La mer y est-elle plus chaude qu’ailleurs? Pas du tout! Elle est même glaciale! Cependant, les Irlandais s’y baignent toute l’année et même à Noël car l’eau froide, c’est bien connu, c’est bon pour la circulation! Un escalier a été creusé dans la roche et descend jusque dans l’eau. Contrairement à la fête foraine hantée, je croise pas mal de monde en train de se baigner et pourtant il y a du vent et il est loin de faire chaud …. Sont fous ces irlandais ….

Personnellement je passe mon tour!

Je ne me suis pas baignée, mais je suis allée me balader dans les rochers… Aucun regret!

Comment se rendre à Sandycove depuis Dublin?

Pour se rendre à Sandycove depuis Dublin, rien de plus simple: sautez dans le DART (le métro) à la station Tara Street. Descendez au choix à Dun Laoghaire si vous souhaitez vous promener le long de la jetée comme moi ou directement à Sandycove.

Dun Laoghaire se situe  à 15 minutes de Dublin en DART, Sandycove à 20.

Prix du ticket aller: 3 euros 30 soit 6 euros 60 l’aller/retour.

 

Ceci est une école ?! Mais pourquoi on ne m’envoie jamais bosser dans un bâtiment cool comme ça?

Malgré la météo ombrageuse, cette escapade à Sandycove a été une véritable bouffée d’oxygène! Le soleil a fini par se lever et m’accompagner pour la fin d’après-midi; mais ce que je garderai en mémoire, c’est cette rencontre inattendue avec  Roger the Seal à partager avec personne. J’étais seule sur le port au milieu des mouettes et autres oiseaux, seule à recevoir sa visite. Rien à voir avec les excursions pour aller à la rencontre des phoques. Celui-ci est venu de lui-même et ça n’en avait que plus de prix!

6 Comments

  1. Je ne connais pas Dublin mais je note du coup ton idée d’escapade à Sandycove 🙂 Merci de partager tes découvertes avec nous 🙂
    Mimi

  2. Coucou,
    Encore une fois, tout ça me donne très envie de voyager et de découvrir de nouveaux horizons ! 🙂

  3. ah ben voila tu me réconcilies avec l’Irlande car autant j’ai détesté Dublin, autant ce que tu montres me plait énormément tant en tant que nature que en tant que paysages et architecture !

    • travelingaddress

      27 novembre 2019 at 6 h 30 min

      J’ai eu un peu le même rapport que toi avec Dublin, même s’il y a certaines choses que j’ai beaucoup aimé ! Heureusement que je pouvais sortir de la ville!

Laissez-moi un petit message pour me dire que vous êtes passé :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2019 Travelingaddress

Theme by Anders NorenUp ↑