Lens, une ville marquée par l’Histoire

Il s’en est passé des choses à Lens: du passé minier à la guerre en passant par l’Art Déco, la ville en a connu des vertes et des pas mûres!

Dernièrement, la vie a été plus rose pour les Lensois. Cette ville du Nord (prononcez ‘Hauts-de-France’ 🙂  a en effet été choisie pour accueillir le Louvre-Lens en 2012, drainant ainsi en plus du tourisme de mémoire, tout un public attiré par l’art.

Lorsque le musée a ouvert, je me suis dit  que j’irai rapidement y faire un tour (mais après que l’effet ‘nouveauté’ se soit émoussé). 6 ans ont passé (déjà?!) et je n’y suis finalement jamais allée. Mais cette année a marqué mon retour dans le Nord avec mon voyage à Lille, puis  à Roubaix et dans la Baie de Somme. Il était tant de rendre une petite visite au Pas-de-Calais, due de longue date ! Vous me suivez?

Un passé minier présent jusque dans le paysage

Lens, c’est tout d’abord un passé très lié à la mine de charbon. En témoignent les terrils, petits volcans de résidus issus de l’extraction du charbon, parfaitement intégrés au paysage. Le temps a passé, la nature y a repris ses droits et, non seulement, la végétation y est devenue abondante, mais de nombreuses espèces d’animaux y ont aujourd’hui élu domicile.

Nous avons eu la chance de loger au pied des terrils jumeaux 11/19 et de pouvoir les observer au petit matin et au coucher du soleil.  Nous avons même pu monter au sommet de l’un des terrils, celui qui s’y prête le plus! Une vue impressionnante et un moment unique! Ce n’est pas pour rien que le bassin minier a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2012!

D’ailleurs, au passage les amis, sachez que l’on prononce “Téri” et pas “TerriL”. 🙂

De nombreuses visites sont proposées par l’Office du tourisme de Lens-Liévin pour partir à la découverte des terrils en toute sécurité.

-> Visite guidée A la découverte des terrils

Le CPIE Chaîne des terrils propose également de nombreuses visites ludiques à faire en famille.

Mais vous pouvez aussi aller vous y promener en visite libre (attention à la signalétique!)

Pour notre part, ça a été apéro Terril la nuit 🙂 Le top! #protègetonfromage !

Point info:

Les terrils du 11/19 sont situés précisément sur la commune de Loos-en-Gohelle, tout près de Lens. Nous avons dormi aux Gites de l’Ecole Buissonnière situé à 5 minutes à pied des terrils.  Ce gite a tout de la nuitée atypique avec une belle terrasse sur le toit pour profiter du lever du soleil (en faisant du yoga pourquoi pas :p) Il est installé dans le jardin de l’ancienne maison du directeur de l’école, école qui se situe juste de l’autre côté de la rue et a une façade magnifique. Education nationale, si tu m’entends, je voudrais une jolie petite école de livre d’images, comme celle-là…

Le coin est très calme et il y a un joli parc pas loin pour aller courir ou se promener si le cœur vous en dit !

-> Gites de l’Ecole Buissonnière, 4 square Nogueres, Lens.

-> Base 11/19: Rue de Bourgogne – 62750 LOOS EN GOHELLE

A l’intérieur du gîte …

Lens et la Grande Guerre

Lens, c’est aussi une ville qui a été très marquée par la guerre. De nombreux souvenirs restent, qui conduisent les visiteurs du monde entier à y effectuer un pèlerinage de mémoire, sur les traces de la première guerre mondiale.

Le mémorial Canadien

1er symbole souvenir de la guerre: le Mémorial Canadien de Vimy, inauguré en 1932.

Le Canada s’est uni à la France lors de la Grande Guerre afin de faire triompher la paix, mais pas que.  Cette guerre fut également un moment important de l’Histoire Canadienne puisque c’est à ce moment-là que le pays  s’est fait reconnaître en tant que nation indépendante. En guise de remerciement, la France offrit au Canada une parcelle de terre où se trouve aujourd’hui érigé le Mémorial de Vimy. On y retrouve les deux drapeaux, joints par l’Histoire et le Mémorial en lui-même représentant l’Esprit du Canada pleurant ses disparus.

J’ai trouvé ce mémorial très fort, à tel point que nous hésitions à monter les marches pour en faire le tour. Il nous semblait qu’on n’avait peut-être pas le droit d’y monter, mais si, c’est autorisé. La solennité du lieu est reprise de l’autre côté avec la vue plongeante sur la prairie en-dessous. Des batailles, il ne reste rien de visible; pourtant, un peu plus loin, on peut voir les anciennes tranchées et de nombreux espaces sont encore interdits du fait des obus qui y sont toujours enterrés. L’herbe est entretenue par des moutons.

Vous avez été au Canada récemment? Regardez bien vos billets de 20$: hé oui, c’est bien le Mémorial de Vimy qui cotoie la reine Elisabeth II!

-> Mémorial Canadien: Route départementale 55, Chemin des Canadiens, 62580 Vimy

La nécropole Nationale de Notre-Dame-de-Lorette

Endroit hors du temps, la nécropole nationale est à la fois un endroit imbibé de tristesse et de solennité. Pourtant, on ne ressort pas de la visite complètement déprimé. On en ressort en espérant que cela nous aura servi de leçon.

Des rangées et des rangées de noms…. sur les deux faces….

L’anneau de la mémoire (ajouté en 2014) , immense et couvert de noms, n’y est pas pour rien. De même que les croix blanches fleuries . C’est 20 000 tombes qui sont rassemblées ici et 45 000 soldats qui y ont trouvé leur lieu de dernier repos. C’est la plus grande nécropole de guerre en France.

Point Infos: La nécropole est située sur la commune d’Ablain-Saint-Nazaire dans le Pas de Calais.

La nécropole est située tout près du Centre d’Histoire Guerre et Paix dans lequel nous nous sommes ensuite rendues.

Lens 14-18 Centre d’histoire Guerre et Paix

Merci @lesmilletdu62 pour cette photo du Musée vu du ciel !

Un musée tout simple pour une grande exposition, c’est ce qui définirait le mieux le Centre d’Histoire guerre et paix. Il accueille une exposition permanente racontant l’Histoire de la guerre sur base de photos, témoignages, objets du quotidien…. Je venais de travailler ce sujet en SEGPA, j’y ai retrouvé de nombreux points abordés et me suis dis que ça aurait été un bon endroit pour leur faire appréhender ce que cette guerre a vraiment été.

 

Pourtant, c’est surtout l’exposition temporaire qui m’a touchée: Wool War One par l’artiste Délit Maille. Aidée par 500 tricoteuses partout dans le monde, l’artiste a mis sur pied une véritable armée de laine représentant les soldats venus de tous pays ayant participé à la guerre. Tout seul dans un coin, regardant par la fenêtre: le soldat inconnu. Chaque participant a reçu des patrons et a tricoté qui des musettes, qui des bonnets, qui des vestes avant le grand assemblage et l’exposition.

En résulte une longue file de petits soldats (780) représentant la jeunesse sacrifiée de tous les pays, chacun avec ses spécificités. Si vous avez l’occasion, passez voir cette exposition!

Attention, il ne vous reste que quelque jour pour la voir puisqu’elle se termine le 11 novembre et sera ensuite démantelée et vendue au profit de Médecins sans Frontières.

-> interview de l’artiste Délit Maille.

Les petits soldats ont été vendus en deux jours et seront envoyés à la fin de l’exposition. J’ai réussi à en acheter un (lequel? surprise!) Mais, ayant oublié de payer les frais de port,  (oui, j’ai fait mon boulet…) il faudra certainement que je retourne à Lens pour aller le chercher.  Tant pis, cette année est l’année du Nord après tout !

En attendant, ce sont 23 430 euros récoltés pour Médecins sans Frontières, c’est super!

 

Point info: Mémorial 14-18,  2 rue Pasteur  62 153 SOUCHEZ

Parents/enseignants, voici le dossier pédagogique de Wool War One créé par le Grand Palais.

 

 

Je remercie l’Office du tourisme de Lens de m’avoir invitée à ce weekend de découverte de la ville avec toute la troupe d’#enfranceaussi. Merci aussi à Chacha qui a permis cette rencontre.

J’y ai découvert bien plus que l’antenne du Louvre implantée sur place : un passé riche et varié, un intérêt historique et artistique et une nourriture copieuse et unique 🙂

Si cette découverte de la région vous a plu, pourquoi ne pas poursuivre la visite en faisant un crochet par Lille ou en allant admirer les phoques de la Baie de Somme?

16 Comments

  1. Un beau récit sur ce week-end plein d’histoire ! Il y tant à découvrir dans le “Grand Nord” !

  2. Mais oui reviens dans le Nord 🙂 On revient toujours dans les Hauts de France, il y a tellement à voir, et à faire ! Et puis maintenant il faut aller à Bollaert !

  3. Je fais aussi partie de la team #protègetonfromage ! Je te revois encore avec ton plateau sur les genoux ! 😀
    Ce fut un moment inoubliable cette soirée sur les terrils.

  4. Joli retour vers le passé que ce billet (et moi je retournerais bien à Lens un de ces quatre. J’aurais dû faire comme toi pour le petit soldat #meilleureexcusedumonde).

  5. chachaaventuriere

    7 novembre 2018 at 6 h 52 min

    Tu m’as fait sourire avec ta prononciation,j’adore. Ton billet est émouvant, et touchant à la fois.
    Puisque tu deviens accros au NorddeFrance, j’espère t’y revoir bientôt

  6. ah ah je n ai pas encore eu de billets canadien entre les maisn

  7. J’adore comment tu prononcés “Nord”!

Laissez-moi un petit message pour me dire que vous êtes passé :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2018 Travelingaddress

Theme by Anders NorenUp ↑