Pour avoir fait plusieurs virées à vélo plus ou moins longues et l’utiliser comme moyen de transport pour aller au travail quand il fait beau, je connais l’importance d’un bon équipement de base; souvent d’ailleurs, je l’ai découvert à mes dépens. Voilà donc une petite liste non-exhaustive de ce que je pense nécessaire lorsque l’on décide de partir à vélo.

1) Le vélo :

Pour partir en vélo, il faut tout d’abord (évidemment ?) bien choisir son engin : préférez un vélo au guidon haut afin de ne pas être penché en avant sinon au bout d’une journée, votre dos sera en compote !

photo 1 (1)

Choisissez bien la selle aussi : j’ai changé la mienne pour une plus large et plus confortable sinon il existe des pantalons spécial vélo rembourrés au niveau des fesses. Si vous voulez y aller habillés normalement, la selle large c’est le plus simple ! Un protège-selle peut également s’avérer utile en cas de pluie si vous laissez le vélo dehors. Pour les pneus, j’ai choisi des pneus tout terrain pour ne pas être embêtée sur les chemins de terre.

Le vélo rouge c’était mon premier vélo. En partant en bike trip, j’en ai pris un plus haut (même marque en bleu, trouvé au Trocathlon). J’ai changé la selle, ajouté un porte-bagages pour les sacoches et un panier. J’envisage l’ajout d’une béquille, pour poser le vélo, c’est plus pratique!

Et bien sûr, pensez à un bon antivol que l’on ne peut pas couper avec une simple pince ou  brûler (oui, oui c’est arrivé dans mon école …)! -> J’ai un U et mon compagnon a un antivol renforcé.

Ce vélo est un peu  lourd, ce qui n’est pas très pratique pour le hisser dans le train; préférez-en un plus léger !

Le vélo électrique peut s’avérer bien pratique, mais il a le désavantage d’être plus lourd, donc plus compliqué à charger dans le train.

2) L’équipement:

J’ai choisi un panier à l’avant pour les basiques : mon sac à main et une gourde + 2 sacoches à l’arrière. J’y garde de la nourriture à gauche ( compotes à boire, des aliments secs et le petit déj) et des vêtements à droite.   Le sac de couchage est attaché par-dessus avec des câbles. Sur le dos, je ne  porte en général rien.

 

Mes sacoches n’étant pas étanches, j’ai dû acheter une protection pour les envelopper en cas de pluie. Pour celles de mon compagnon, nous avons investi dans des sacoches étanches et plus faciles à détacher . Comme quoi, on progresse chaque année! En général, j’ai les sacs de couchage et il a la tente.

Nous prévoyons également un plan ou un gps pour nous diriger (cela dépend de la batterie de nos téléphones!) Nous emmenons également une corde pour pouvoir étendre le linge.

3) Les vêtements :

Prévoyez un pantalon souple mais solide car la selle crée des frottements et risquerait de trouer un matériau trop fin ou trop rigide. En haut, j’opte en général pour un t-shirt à manches courtes avec un gilet pour ne pas avoir trop chaud et être protégée du soleil.  Sinon j’opte pour le combo robe-legging. Pensez à la crème solaire, même quand il ne fait pas chaud, sinon, vous risquez de prendre de bons coups de soleil !

+ lunettes et casquette (ou casque de vélo, plus sûr).

Si vous prévoyez de rouler de nuit ou dans la pénombre, pensez au gilet jaune et aux éclairages.

4) Une remorque :

Pour transporter une tente encombrante ou un enfant, c’est le plus pratique. Comme je ne suis pas très costaud, j’ai les sacoches et mon compagnon traîne la remorque. Il faut équilibrer les poids en fonction de sa force pour ne pas s’épuiser.

5) Le matériel pour les réparations:

Voyager léger ne veut pas dire se priver du nécessaire.  Nous emportons chaque fois un kit de survie léger et pratique: – une pompe à vélo

  • deux chambres à air chacun (car un vélo à 2 pneus!)
  • des piles pour la lampe du vélo.
  • du scotch électrique
  • de l’huile et un chiffon.
  • un outil multifonction (tournevis, tourne écrous….)
  • un sac plastique pour protéger la selle en cas de pluie (quand nous ne sommes pas sur le vélo). Avant nous avions de jolis protège-selle, mais comme on nous les a volés, nous avons changé notre fusil d’épaule…

6) La trousse à pharmacie:

Qui dit voyage à vélo dit chutes possibles ou éraflures (un coup de pédale en marchant à côté du vélo, ça nous est tous arrivés!). Pensez donc bien à la trousse à pharmacie:

  • désinfectant
  • pansements de tailles différentes
  • crème piqûre d’insectes
  • crème solaire

Nous n’en avons pour le moment pas eu besoin, mais c’est rassurant de l’avoir sous la main! On touche du bois!

Voilà, vous êtes prêts, maintenant bon courage et pédalez !

Sinon j’avais trouvé ce vélo sur internet, je le trouvais assez pratique pour un picnic :p  Qui me le construit?

547214_164323580394855_1435560788_n

Infos pratiques:

Pour un vélo pas cher, je pratique le trocathlon. C’est une initiative organisée par Décathlon deux fois par an qui correspond à une brocante spécialisée en matériel de sport (vélos, trotinettes, rollers, skis…) On peut y laisser un vélo à vendre (comme dans les bourses), ou venir s’en choisir un. Plus d’infos ici.

Les vides-greniers et le Bon Coin sont aussi de vraies mines d’or pour trouver une remorque, un siège bébé etc…

Si vous vous sentez maintenant prêts pour un Bike trip ou que vous voulez en découvrir un peu plus avant de vous lancer, voilà le récit de nos voyages à vélo.

Bike Trip 1: La Loire à vélo d’Orléans à Chenonceau

Bike Trip 2: Petit Tour de Manche, de Saint Malo à Granville en passant par le Mont Saint Michel.