Vos meilleurs voyages à vélo

Cela fait de nombreuses années que nous voyageons à vélo à deux. Suffisamment pour se rendre compte que les voyages ne se ressemblent pas: même équipe, même matériel, même organisation et pourtant! Chaque destination apporte son lot de surprises et de rencontres, toutes uniques, souvent liées à ce mode de transport si particulier!

C’est pourquoi j’ai demandé à des collègues blogueurs de parler de leur meilleure expérience de voyage à vélo.  Tous n’ont pas fait du voyage de vélo un mode de vacances quotidien mais tous ont en commun l’idée de ne pas s’arrêter là 🙂 Novices ou cyclistes confirmés, cet article est pour vous car nous pensons sincèrement qu’il n’y a pas besoin d’être un grand sportif pour profiter des avantages de ce mode de transport ! Comme pour le tour de France, nous suivrons donc ces blogueurs à travers de nombreuses villes et pays qui se sont mis à l’heure du vélo.

C’est parti?

Etape 1:   La Via Rhona de Lyon à Port Saint Louis du Rhône

par Amandine et Guillaume, Regard Lointain

Notre premier voyage à vélo (et sûrement pas le dernier!)

Après deux ans de galère pour convaincre Guillaume de parcourir la Via Rhona à vélo, voilà que l’été 2018 s’annonçait prometteur en expériences et découvertes.

Nous sommes partis armés de nos deux vélos, nos casques, nos quatre sacoches et une bonne dose de courage en prévision de nos maux de fesses et cuisses qui allaient forcément arriver.

Nous n’avions par contre aucune attente étant donné qu’il s’agissait de notre toute première virée à vélo ! Nous gardions simplement en tête un précieux conseil : « Vous verrez, au 4ème jour, vous n’aurez plus mal aux fesses ». On l’attendait ce quatrième jour, croyez-nous !

Et puis, la Via Rhona a  ça de génial : c’est plat la plupart du temps… enfin oui sauf en Ardèche, faites gaffe 😉

© regardlointain

Au départ de Sablons dans la Drôme nous avons suivi la seule ligne droite disponible, direction la mer ; avec toujours comme grande amie à nos côtés : le Rhône. Alternant entre bivouac et camping, nous avons pu profiter de tranquillité, liberté et sérénité tout comme de confort, bon repas et rencontres.

Les roues de nos vélos guidaient nos pas et nous avions juste à profiter du paysage. Car le grand avantage en pédalant en France, c’est que l’horizon change du tout au tout en seulement quelques dizaines de kilomètres. Des belles montagnes et forêts en Auvergne-Rhône-Alpes nous apportant un peu d’ombre ; nous sommes vite arrivés aux étendues à perte de vue, à la chaleur étouffante et aux moustiques dans le PACA et l’Occitanie.

Mais dans tous les cas, nous gardons un souvenir merveilleux de ce séjour de 9 jours et 400km. Une seule envie revient sans cesse : repartir à nouveau vers d’autres horizons!

Etape 2: Faire du vélo à Copenhague, c’est un peu comme manger des frites à Bruxelles ou apprendre la salsa à Cuba

Par Jessica de Nos Carnets d’ailleurs

A Copenhague, tout est fait pour rendre la vie facile aux cyclistes : les pistes cyclables sont larges, parfaitement entretenues et omniprésentes. Nous n’avons donc pas pu résister à l’envie de louer un vélo. A la base pour quelques heures , finalement pour toute la journée. Nous avons apprécié traverser la ville de manière écologique et sportive (même si les Danois, habitués à l’exercice, n’hésitaient pas à nous doubler à toute vitesse). On n’a pas vraiment compté le nombre de kilomètres parcourus mais, le moins qu’on puisse dire, est qu’on ne les a pas vus passer. On avait envie de rouler toujours plus loin pour explorer toutes les curiosités du nord de la ville. Au moment de rendre les vélos, on était même un peu tristes que cette escapade se termine. Depuis, nous nous arrangeons pour louer un vélo lors de nos city-trips le plus souvent possible. Nous avons même le projet d’explorer notre Belgique natale à vélo durant quelques jours. Copenhague nous aura définitivement donné envie de pédaler plus souvent.

© noscarnetsdailleurs

Etape 3: Suivre les papillons à vélo

Avec Laura La Cyclonomade

Lorsque j’ai appris que les papillons monarques voyageaient à la vitesse du cyclotouriste, j’ai répondu à leur appel au voyage. Parce qu’une telle coïncidence ne peut être qu’un message de l’univers non ? Alors en février 2018, j’ai attrapé mon vélo, commandé un aller simple pour Mexico, et je suis partie à la rencontre de ces papillons sur un périple de plus de 6000 km de vélo à travers le Mexique, l’Est américain, les Grands Lacs et le Québec. Un voyage d’aventure en solitaire mais toujours en bonne compagnie, que ce soit avec les animaux ou les hommes. Une aventure qui fût surtout un apprentissage écologique à la rencontre de scientifiques et de citoyens qui œuvrent à la préservation des monarques était aussi un projet expérimental de voyage minimaliste et zéro déchet. Non mais, quelle utopie de vouloir suivre des papillons !

© Lauralacyclonomade

Etape 4: A vélo à travers l’Europe

Avec Mila et Denni d’Un Monde à Vélo

En avril 2017, nous sommes partis pour un tour d’Europe à vélo. Nous voulions partir de chez moi, à Brest, pour rejoindre la maison de Denni, au nord de l’Italie. Tout ça, en faisant, bien sûr, un petit détour de quelques milliers de kilomètres ! Nous sommes allés jusqu’en Roumanie, via l’Eurovélo 6, puis sommes revenus vers l’Italie par les Balkans et la côte adriatique.Pendant ce voyage à vélo de 7600 km, nous avons été surpris de rencontrer beaucoup de cyclovoyageurs sur la route. Même en Macédoine, probablement le pays le moins fréquenté que nous ayons traversé, nous en avons croisé. Le voyage à vélo nous a permis de faire de nombreuses rencontres. Tant avec les autres voyageurs qu’avec les locaux. Le vélo permet une ouverture sur le monde, il est facile de nous adresser la parole, d’échanger. Finalement, c’est l’un des aspects qui nous a le plus enjoué et qui fait qu’aujourd’hui, nous ne voyageons plus qu’à vélo!

 

©unmondeàvélo

Etape 5: Voyage le long de la Véloscénie en vélo électrique

 avec Radis Rose 

La Véloscénie est un itinéraire de 452 kilomètres balisés entre Paris et le Mont Saint-Michel. On alterne voies vertes, pistes cyclables et voies partagées. L’avantage est que comme il y a des gares sur le parcours, on peut faire une partie du trajet en train si on le souhaite. Il y a toutes sortes d’hébergements le long du parcours qui proposent des services pour les cyclistes.

On a donc traversé les Yvelines, l’Eure-et-Loir, l’Orne, et la Manche en profitant du patrimoine culturel, des villages et de la gastronomie. J’ai tout particulièrement apprécié l’Orne que je ne connaissais pas et qui m’a donné envie d’y revenir. Les paysages sont magnifiques.
Pour les pas très sportifs comme moi, je conseille le vélo électrique qui apporte beaucoup de confort notamment dans les collines du Perche et permet de profiter agréablement du voyage.

©radisrose

Le vélo permet de voyager à son rythme et de s’arrêter chez un producteur de cidre, visiter un château ou faire une balade en forêt. Cela a été une très belle découverte à renouveler le long de la Loire maintenant!

Etape 6: Angkor à vélo

avec Tiphanya d’Avenue Reine Mathilde

Dans les récits de voyage et sur les blogs, les plus célèbres photos montrent d’Angkor à la fois les temples et des tuktuks colorés. Mais les temples les plus proches ne sont qu’à 5 km environ du centre de Siem Reap et je n’avais aucune envie d’avoir quelqu’un qui m’attende à l’entrée de chaque temple. Je n’avais pas besoin non plus d’un guide puisque je partage mon quotidien (et mes voyages) avec un historien.

C’est donc en deux jours et en vélo que nous avons arpenté le site unique qu’est Angkor. Une façon d’être libre, d’avoir un peu de fraîcheur (il suffit de pédaler vite) et de dépasser certaines files de touristes. Alors bien sûr on a dû prendre le tuktuk pour acheter les pass donnant accès au site (la billetterie est loin de tout) et le soir on séjournait à l’hôtel, avec piscine et douche. Une détente bien méritée car cela représentait une trentaine de kilomètres par jour en vélo et des dizaines de marches grimpées et redescendues (à pied bien sûr).

Pendant ces deux jours il y a eu des singes et des statues, des éléphants et du jus de canne à sucre. Mais finalement mon souvenir le plus marquant est la circulation de Siem Reap. Dans notre petite troupe, j’étais la seule à m’y sentir à l’aise. Une amie résidant au Vietnam compare le flux de circulation avec les flots marins : il ne faut jamais interrompre le flot mais se fondre dans lui. Il faut donc s’assurer que personne n’ait besoin de s’arrêter, voiture, scooter ou vélo, quitte à changer de voies, grimper ici et se faufiler là. Par contre la nuit le même principe devient un cauchemar et si je n’ai qu’un conseil à donner, c’est bien celui de faire en sorte de rentrer avant la tombée de la nuit ou de prévoir beaucoup de lumières sur soi.

PS : pour rouler sans souffrir, on a loué nos vélos chez un vrai loueur et non à l’hôtel. On a donc eu des casques, des gourdes et même un vélo suiveur pour ma fille qui avait 6 ans. Cela coûte beaucoup plus cher (12$ contre les 2$ habituels), mais le but était de rester en forme pour la suite du voyage.

Plus d’infos sur notre voyage au Cambodge en famille.

 

Etape 7: En vélo en bord de Loire

avec Tiphaine de Mes petits carnets

Depuis quelques années déjà, je projette de faire un voyage à vélo et de découvrir les bords de la Loire et en 2017, on m’a offert l’opportunité d’en faire une partie, entre Angers et le joli village de Béhuard. Il ne s’agissait certes que d’une journée, mais parcourir presque 30 kilomètres à vélo pour quelqu’un qui n’en a pas du tout l’habitude, ce fut un exploit !

Je suis partie d’Angers vers 9h30 du matin pour rejoindre tout d’abord les bords de la Maine, cette rivière allait me servir de point de repère tout le long de ma journée. Je suis passée par plusieurs étapes : le parc Balzac et le lac de Maine, pour arriver ensuite à ma première halte, Bouchemaine et enfin Béhuard. Puis retour vers Bouchemaine pour déjeuner dans une guinguette sur les rives de la Maine. Au moment de me remettre en selle pour rentrer sur Angers, mes jambes ne me portent presque plus. Elles brûlent, elles chauffent et se rebellent ! Les traîtresses ! Le retour fut difficile, très difficile.

Mais mes ennuis de fin de journée n’étaient pas terminés : la pluie a commencé à tomber en arrivant en vue du château d’Angers, une pluie forte et ténue qui n’était pas près de s’arrêter… Courage, il ne reste plus que quelques mètres ! J’ai donc terminé cette journée courbaturée et trempée, mais heureuse comme un pape (sûrement l’adrénaline !) et fière de moi, la non-sportive 🙂

 

Etape 8: A vélo au Pays de Bitche

avec The Green Geekette

Ce voyage au Pays de Bitche, c’était mon premier voyage en itinérance à vélo, et quelle aventure !

J’ai appris à mes dépends à ne pas faire confiance à Google Maps, sous peine de se retrouver perdue dans la forêt sur un chemin non existant… ou de se retrouver à pousser son vélo sur une route à 90 à cause d’une pente trop abrupte… La bonne nouvelle dans tout ça malgré ces quelques péripéties ? Ce sentiment de liberté inégalable de pouvoir me déplacer où je voulais, d’accéder à des endroits secrets où le commun des mortels véhiculés ne pouvaient se rendre, bref le bonheur de se déplacer à deux roues ! 😉

Etape 9: A vélo autour du Mont Saint Michel

par Aurélie et Tyler de Travelingaddress

Nous avons réalisé plusieurs Biketrips, mais celui qui m’a le plus marqué a été notre second sur la route du Petit Tour de Manche. Le monument qui nous a poussé à choisir cet itinéraire fut clairement le Mont Saint Michel (où Tyler n’avait jamais été). Mais ce sont beaucoup d’autres choses qui ont rendu ce voyage extraordinaire.  La nourriture d’abord (Tyler est tombé en amour avec les moules frites -> à peu près une fois par jour minimum!) Je me suis moi-même réconciliée avec le poisson. L’ambiance ensuite: nous étions mieux préparés ce qui a rendu les étapes moins fatigantes. Nous avions beaucoup de temps pour profiter de la région et des animations rencontrées en chemin. C’était également la période de l’Euro de football que nous avons suivi depuis nos vélos, aux bars des campings traversés… Pour mon chéri, pas question de le manquer! Enfin les paysages rencontrés ne pouvaient nous laisser de marbres: majestueuses prairies de pré salé, incroyable baie du Mont Saint Michel, sublime abbaye… On en a pris plein les mirettes!

On a aussi sauvé un agneau, marché dans la vase, cherché un distributeur pendant 10 km, pédalé en cape de pluie… Bref, c’était un voyage riche en émotions!

Vous l’aurez compris, il n’y a pas UN type de Voyage à vélo. Le cyclotouriste peut être confirmé ou du dimanche, le vélo, manuel ou électrique, l’itinéraire, plus ou moins long…. En France et en Europe, de nombreux itinéraires balisés existent et permettent de pratiquer ce loisir en toute sécurité!

Je remercie tous les blogueurs qui ont accepté de partager leur expérience pour cet article! Expériences trépidantes et variées! 

Alors, convaincus? ça vous donne des idées?

Pour nous suivre lors de notre dernier voyage à vélo en date, c’est par ici: La revanche de La Loire à vélo

Et si vous voulez rejoindre un groupe sympa où l’on parle cyclotourisme, voyage à vélo en France et à l’étranger, c’est par là! Toutes les questions sont les bienvenues!

8 Comments

  1. Génial toutes ces balades. Je tenterais bien le Mont st Michel.

    • travelingaddress

      9 décembre 2018 at 14 h 40 min

      Je te le recommande: hyper bucolique et pas trop difficile! Moi c’est le chemin des papillons qui me fait envie maintenant 🙂

      • Si en plus ce n’est pas trop difficile, ça me va. J’ai un souvenir d’une balade à vélo en Irlande où j’ai beaucoup triché euh.. marché.

        • travelingaddress

          9 décembre 2018 at 19 h 36 min

          haha! Parfois il faut aussi savoir marcher en poussant le vélo pour ne pas brûler ses forces. Il faut connaître ses limites! 🙂

  2. Génial l’article ! Ça donne pleins d’idées pour des petites balades en France comme on en cherchait. Après on a bien évidemment l’envie de faire un voyage plus long, sur plusieurs semaines en Europe ou sur un autre continent mais ça ce sera pour dans quelques années.
    C’est chouette de voir qu’on a tous au final la même motivation et que surtout c’est vraiment accessible à tous !

    • travelingaddress

      6 décembre 2018 at 19 h 29 min

      Merci beaucoup! Oui ça donne plein d’idées et je trouve que ça ouvre des horizons auxquels on n’avait même pas pensé 🙂

  3. J’adore l’idée de suivre la route des papillons !
    Et j’aurai du préciser qu’à Angkor nous étions accompagnés de mes beaux-parents qui ne font jamais de vélo et de ma fille 6 ans qui à l’époque faisait du vélo seule depuis quelques mois (d’où le vélo suiveur). Comme quoi c’est vraiment possible pour tous, car justement on va à notre rythme

    PS : pour l’étape 4 tu as des symboles bizarres à certains endroits du texte.

Laissez-moi un petit message pour me dire que vous êtes passé :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2018 Travelingaddress

Theme by Anders NorenUp ↑