3 jours dans le Parc de La Mauricie, Québec

Vous l’avez longuement attendue, voilà la suite du Fabuleux Voyage au Québec: les jours 7, 8 et 9. Nous avons choisi de les passer dans le Parc de La Mauricie qui avait l’air absolument magnifique. Le Parc a-t-il tenu ses promesses? Avons-nous encore une fois eu affaire à une cohorte de moustiques sanguinaires (cf 3 Jours au Parc de Mont Valins)? La route était-elle praticable?  La pluie nous a-t-elle épargnés?

Je vous raconte tout ça, avec les activités que nous avons faites sur place,  dans cet article.

Enfin, encore fallait-il y arriver, sur place…

Départ et première galère

Nous partons tôt, la fleur au fusil en direction du parc de La Mauricie. Malheureusement, à une heure du parc, nous nous retrouvons avec un pneu à plat. Une première pour moi… Et bien sûr, nous sommes sur l’autoroute… (sinon, c’est pas marrant hein..)

Nous descendons donc tous de voiture pour changer la roue. Car en voyageurs prévoyants, nous avons tout l’équipement sauf que … le pneu de rechange est dans le coffre. Comme souvent. Et donc SOUS toutes nos affaires … ( hé oui sinon c’est trop facile!) Les filles vident le coffre derrière la glissière de sécurité, les garçons sortent le pneu aplati et le remplacent par le “spare”. Puis l’on remet tout dans le coffre et on repart en direction d’un garage pour récupérer un vrai pneu. Oui parce que le “spare” est beaucoup plus fin qu’un vrai pneu. On dirait une roue Playmobil….

Au garage, on re-vide le coffre pour re-ranger le “spare” pendant que les mécaniciens s’occupent de nous remettre un vrai pneu. Enfin, nous pouvons repartir, mais ça a été une journée lourde en émotions! Et nous ne sommes pas encore arrivés ….

NB: Les camions américains roulent comme des dingues sur la voie de droite (ils ne sont pas bridés?) et ne s’écartent surtout pas pour nous laisser de l’espace. Seules quelques voitures feront l’effort de changer de voie. Avec ça, pas étonnant qu’il y ait autant d’accidents de la route …

L’arrivée au Camping

Après les galères de l’après-midi, nous arrivons avec bonheur dans le parc. Deuxième bonne surprise, les routes sont goudronnées! Troisième bonne surprise, le centre d’accueil est efficace (mais très zen…) On a repéré des lacs, on demande si on peut se baigner. “oui oui, pas de problème”. Par acquis de conscience, j’ajoute “ah, donc vous n’avez pas de sangsues ici !” “Si, si, mais elles se retirent facilement …”

Bref,  on ne s’est pas baignés …. 🙂

Pourtant, ça donnait envie, non?

Les douches sont juste à côté de notre campement, gratuites et confortables. Les emplacements sont très grands.  Il y a des robinets d’eau potable pour remplir les gourdes et un évier pour faire la vaisselle. Finie la filtration de l’eau de la rivière en équilibre sur une jambe.

On remarque tout de suite une chose: ce parc est beaucoup plus adapté à l’accueil des visiteurs. Il y a donc beaucoup plus de monde. Mais ce n’est pas vraiment gênant car il y a de la place. A part ça, les Canadiens sont beaucoup mieux équipés que nous pour la camping; ça me rappelle les Allemands quand j’habitais là-bas …

Bref, après le premier parc en mode “Robinson Crusoé”, c’est le bonheur!

Nous profitons d’un bon feu de bois sans moustiques et mangeons nos premiers S’mores!

Randonnée de la Cascade

Premier vrai jour dans le parc. Nous faisons une courte randonnée matinale au départ de Shewenagan pour aller voir une petite cascade. Il y en a pour environ 3 km. Avant le départ, il y a un hangar couvert pour déjeuner, et heureusement! A peine arrivés, une averse nous tombe dessus! Nous décidons donc de manger en premier.

La Cascade est très belle et facile d’accès. Nous en profitons pour nous dorer au soleil et profiter un peu de l’eau. C’est là que nous croisons de nouveau nos amies les sangsues…  Bizarrement, elles ne m’avaient pas manqué…

Sur les traces de l’ours

L’après-midi, nous suivons une randonnée Sur les Traces de l’ours, absolument fascinante que je vous recommande. Elle est menée par une ranger et en français (dur, pour nos amis américains :p) La ranger nous montre des photos, des études des déplacements des ours selon les saisons et la peau d’une ourse abattue dans le parc. Cela n’arrive qu’en de très rares cas, comme dans celui-ci dont elle nous conta l’histoire…

“Barbara était une jeune ourse. Elle s’habitua un peu trop à la nourriture des humains trouvée dans les camps laissés sans surveillance. Normalement dans ce cas, le parc récupère l’ours et le délocalise dans un autre endroit, où il sera nourri par les rangers. Le truc? Ils vont constamment le déranger pour que l’ours associe la présence de l’Homme et sa nourriture comme quelque chose de gênant, à éviter. Puis on relâche l’ours loin de l’endroit où il a été pris. Généralement, cette technique fonctionne très bien, mais pas avec Barbara. Quelques jours plus tard, elle était de retour dans les campements. Pour éviter tout danger, il fallut donc l’abattre.”

Moralité: Ne nourrissez pas les animaux sauvages et enfermez toute denrée alimentaire en sécurité dans votre voiture.

Une tanière bien douillette pour l’hiver…

Nous apprenons ensuite que les ours restent dans le parc 3 saisons/4 et le quittent en été (pas de bol!) En hiver, ils hibernent. Au printemps, ils se réveillent et mangent au plus près. Et l’été ils partent à la recherche de baies qu’ils ne trouvent pas dans le parc. En effet, la vieille forêt avec ses arbres hauts laisse peu de place aux petits buissons. A l’automne, ils reviennent et se gavent des fruits du hêtre avant l’hiver. Pour le coup, la vieille forêt est alors utile puisque le hêtre doit avoir 60 ans ou plus pour en produire. Ils n’en produisent par contre qu’un an sur deux.

Plus loin encore, la guide nous montre une ancienne tanière d’ours. On ne sait pas si elle est toujours utilisée car un ours n’hiberne jamais deux fois au même endroit. C’est probablement celle d’une femelle car elles ont tendance à choisir un endroit confortable et pratique pour avoir leurs petits.

Le mâle, lui, se gave jusqu’au bout et hiberne dans ce qu’il trouve. Parfois même sous un tas de bois recouvert de neige…  Bizarrement je ne suis pas surprise … :p

Nous en apprenons enfin plus sur la naissance des oursons. Le mâle et la femelle ne se rencontrent jamais, sauf pendant les chaleurs. L’œuf est fécondé mais l’ourse n’est pas pleine immédiatement. En novembre, si son état général est bon et qu’il n’y a pas de mâle à proximité, elle tombe enceinte! C’est pourquoi il y a de moins en moins d’ours polaires: la banquise fondant, il y a souvent un ours mâle à proximité… qui est perçu comme une menace.

Si vous voulez continuer à voir des oursons polaires, luttez contre le réchauffement climatique!

Les Chutes Waber en kayak

Lors de notre dernier jour sur le Parc, nous faisons notre plus long périple: direction les Chutes Waber!

Pour s’y rendre, il y a entre 1 heure et 1h30 de canoë (ou de kayak) + 1 h de randonnée (et la même chose au retour). Une sortie à la journée donc! Nous louons un canoë deux personnes (grossière erreur: après avoir testé, c’est beaucoup plus lourd qu’un kayak et moins pratique: prenez le kayak!) et commençons la traversée du Lac Wapizagonke. Nous arrivons à un gué (après moult efforts!) où il faut descendre et traîner le bateau. A ce moment-là, j’ai cru que nous étions arrivés… Espoir vite déçu: nous en étions à la moitié ….

Au moins, il fait super beau ….

Pendant quelques temps nous naviguons en eau peu profonde. Puis nous croisons un barrage de castors qu’il nous faut contourner (à ce moment-là, je hais vraiment ces petits animaux à grosses dents!) Et nous arrivons enfin à la deuxième partie profonde du lac.

Pour couronner le tout, nous avons le vent de face, ce qui ne nous aide vraiment pas. Quand je rame seule, ce maudit canoë n’avance même pas …. Et pourtant, je sais ramer, j’ai même déjà conduis un kayak en mer à Sète. C’est à n’y rien comprendre…

A l’arrivée, il faut encore hisser le canoë sur la berge, puis sur un porte-canoë (car nous ne sommes pas tout seuls!) Heureusement, il y a avec nous deux garçons car si nous avions compté sur ma seule force physique, le canoë serait sagement resté au sol …

Nous arrivons fatigués sur place et il nous reste encore 1h de randonnée… ça n’en finit pas… Il fait très chaud, mais le plus souvent, nous sommes sous le couvert de la forêt ce qui nous offre un peu de répit par rapport au lac.

ça valait quand même le coup de faire tous ces efforts!

Un premier point de vue nous offre un vaste panorama du lac sur lequel nous venons de pagayer. C’est très beau et il y a des bancs, nous en profitons donc pour un premier en-cas. L’heure se termine et nous arrivons en vue d’une magnifique chute d’eau: tous ces efforts n’auront pas été vains! Nous nous arrêtons sur les rochers pour pique-niquer avant d’aller nous baigner et bronzer un peu. L’heure du farniente est arrivée!

Il faudra pourtant bien repartir (et donc refaire en sens inverse tous nos efforts). Nous espérons aller plus vite cette fois puisque le vent devrait être dans notre dos. C’est bien le cas, et à l’arrivée, nous nous offrons une petite baignade dans le lac en attendant nos compagnons de voyage qui ont disparu …. Le canoë a été encore plus dur pour eux que pour nous ….

Conseils de visite du Parc de La Mauricie:

Général:

  • Prenez part à une randonnée guidée par un ranger, elles sont tops! (et gratuites)
  • Regardez le programme de la semaine, il y a parfois des activités organisées le soir: visites de nuit, à la découverte des champignons, arbres …
  • Apportez des tongs (pour la douche).
  • Remplissez vos gourdes au camping (il y a des robinets).
  • Rangez le bois que vous n’avez pas brûlé et voulez utiliser car une personne vient nettoyer les foyers tous les jours et risque d’emporter votre bois. Le paquet de bois coûte 9 dollars donc autant le sauvegarder.

Chutes Waber:

  • Louez un kayak pour deux et non un canoë: le canoë coûtait 55 $ et le kayak quelques dollars de plus mais ça en aurait valu la peine!
  • Prenez un petit sac à dos étanche et deux gourdes chacun. Il n’y a pas de point de remplissage sur le chemin et une en plein cagnard ce n’est vraiment pas suffisant.
  • Prenez des snacks: barres de céréales, compotes…
  • Pensez au maillot de bain:  il faudra sortir du canoë par moment et marcher dans l’eau donc éviter même les shorts. Et ce sera bien plus pratique pour profiter des chutes.
  • Prenez une casquette ou un chapeau et des lunettes de soleil. Le lac n’a pas de zone d’ombre et avec la réverbération de l’eau en plus ….
  • Il est possible de venir avec son propre kayak ou canoë.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à l’épingler !

Je m’arrête là pour les conseils. J’espère que cette découverte du Parc de La Mauricie vous aura plu et que vous avez maintenant envie d’y aller! Nous n’avons pas vu beaucoup d’animaux sur place mais avons pu profiter des merveilles naturelles que le parc a à offrir. Je vous souhaite la même chose! A bientôt!

36 Comments

  1. Coucou ce parc me tenterait bien, quel joli paysage

  2. Super découverte d’une région qui nous fait vraiment rêver… C’est pas pour tout de suite car nous commençons notre tour du monde en septembre par l’Asie, mais c’est un rêve qu’on réalisera c’est sûr !
    Tu m’as fait mourrir de rire tout au long de ton article, sache que nous ne nous serions pas baigné non plus, que j’aurais moi aussi maudit les castors et le vent et que comme toi, au final j’en garderais un souvenir génial !
    Merci pour la ballade et à bientôt 😉

    • travelingaddress

      14 février 2019 at 19 h 21 min

      Merci de ton commentaire! Honnêtement pour ne pas les maudire tous je crois qu’il vaut vraiment être archi zen et très sportif :p Perso ça m’aide à supporter tout ça! Bon tour du monde alors, l’Asie j’en rêve, ça va être génial!

  3. Tes photos font vraiment envie ! Un jour, j’espère que j’irais ! :p

  4. Coucou !
    Que d’aventures !!! J’adore 🙂
    Ça donne vraiment envie de découvrir ce parc. Je trouve ça top que les visites guidées par les rangers soient gratuites. Bises

  5. Voilà 3 jours dont tu te souviendras ! Mais quand on voit la beauté de la chose (enfin, du moins à travers tes photos), on en oublie les désagréments 🙂

    • travelingaddress

      13 février 2019 at 10 h 52 min

      Oui j’y retournerai avec plaisir ! Mais c’est sûr que je pense qu’on devrait avoir une formation “Changer un pneu” dans le permis de conduire. Vu le prix qu’on le paye, ça ne me paraît pas trop demander ….

  6. c’est sublime et même si tout a pas été facile je pense que c’est un beau voyage dont vous allez garder des souvenirs à vie !
    Ici on a très envie de revenir au Canada 🙂
    bises

  7. Que de péripéties mais que de beaux endroits! Ca fait rêver!!

  8. Coucou ! Enfin la suite des aventures. Le début commence comme un film. Moustiques, pluie et galère ça nous donne un avant goût de ton aventure au parc. Et raconté avec une pointe d’humour j’adore 😉 les meilleurs souvenirs sont les galères sinon ce n’est pas marrant hein ! Génial votre petit trip : camping, kayak et à la rencontre de l’ours. Je ne savais pas qu’on pouvait approcher des animaux sauvages de si près. L’expérience a dû être magique. Et tes photos donnent envie d’aller faire un plongeon dans le lac et se laisser glisser sur la cascade 😉 Tu as dû apprécié les merveilles naturelles que le parc avait à t’offrir. Merci pour ce partage et ces précieux conseils. Peut-être qu’un jour je me rendrai là bas.

    • travelingaddress

      11 février 2019 at 21 h 21 min

      J’espère que tu en auras l’occasion, ça vaut le détour! Oui les galères nous ont fait encore plus apprécier le repos et la détente du séjour 🙂 Contente que nos aventures québécoises te plaisent et à bientôt ! 🙂

  9. Ce type d’endroit est tout simplement magnifique. J’adorerais y aller

  10. Hello, quel magnifique bol d’air pur. Il doit y avoir tellement de belles choses à voir dans la région de Quebec !

    • travelingaddress

      11 février 2019 at 21 h 22 min

      Merci! Oui c’est une région superbe! Nous y avons passé 2 semaines et j’ai l’impression de n’avoir fait que l’effleurer !

  11. Coucou,

    Ha le Canada ! Nous sommes toujours en procédure d’immigration, c’est tellement long !
    Un beau périple malgré les petits couacs ! On va dire que ça a pimenter un peu l’aventure haha !

    Belle journée,
    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

    • travelingaddress

      11 février 2019 at 21 h 23 min

      Pour aller y vivre? En tout cas, j’espère que vous aurez l’occasion, j’adorerai y habiter 1 an! (bon, peut-être réviserai-je ma position en hiver :p)

  12. Coucou,
    C’est vrai qu’on ne pense pas toujours à prendre des snacks mais c’est important ! Les paysages sont incroyables en tout cas, surtout la petite Cascade c’est sublime et ça calme je trouve de tels paysages en général ^^
    Des bisous 🙂

  13. Hello
    Je suis passée par Québec lors de mon séjour en 2017 mais je n’avais pas visité ce coin.
    Ça a été un séjour très riche et instructif ( et sûrement un peu stressant pour la roue crevée)
    J’aurai beaucoup aimé la visite guidée avec la ranger et ses explications sur les ours. Tu as dû en garder de si jolis souvenirs.
    Bises

    • travelingaddress

      11 février 2019 at 21 h 25 min

      C’était vraiment top cette visite et ça changeait un peu. Nous avons eu des journées sportives et ça c’était le moment intellectuel/anecdotes du séjour 🙂 Tu es allée à Québec même?

  14. Merci pour le voyage et les conseils. Je rêve de découvrir le Canada !!

    • travelingaddress

      11 février 2019 at 21 h 26 min

      J’en ai rêvé pendant 9 ans et même maintenant que j’y suis allée, je n’ai qu’une hâte, y retourner 🙂

  15. ah ah j aujrais jamais poser la question sur les sangsues moi
    ah ah ah j avoue
    bon je oense que j aurais été morte avec le canoé moi lool

    • travelingaddress

      10 février 2019 at 21 h 38 min

      Au moins il n’y avait pas de vagues!! Les sangsues c’est parce qu’on en avait croisé dans le parc précédent 🙂 Sinon j’avoue que je ne pose pas cette question à tout le monde :p

  16. les étapes de ce voyage continuent de me faire rêver!

  17. Mon activité préférée dans ce parc: pagayer sur le lac Wapizagonke (et faire des pauses sur les petites plages tout au long du parcours). Mais c’est vrai que c’est toute une excursion de se rendre jusqu’à la chute Waber! Et j’ajoute que de ranger la nourriture est aussi bien pratique pour ne pas attirer les mouffettes (expérience vécue)! 😉

    • travelingaddress

      9 février 2019 at 22 h 00 min

      Oui c’était super (mais fatiguant !!) Bon apparemment nous avons échappé aux moufettes, c’est déjà ça!

  18. Ça me rappelle la vidéo des têtes à claque qui campent avec le fameux sandwich à nla,pâte a dents et l’ours

Laissez-moi un petit message pour me dire que vous êtes passé :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2019 Travelingaddress

Theme by Anders NorenUp ↑